Mike Tyson, itinéraire d’un champion névrosé

Mike Tyson est sans aucun doute l’une des plus grandes légendes du Noble Art. Boxeur hors pair, son histoire a été façonnée par beaucoup de succès, de gloire, d’argent, mais aussi de périodes sombres. Avant de combattre face à ses adversaires, Tyson s’est surtout battu, et se bat toujours, contre ses propres démons. 

Mike Tyson peut se vanter d’appartenir à cette poignée de sportifs dont les noms traversent les époques. Cela fait maintenant plus de trente ans qu’il a remporté son premier titre mondial et près de quinze ans qu’il a livré son dernier combat. Loin de la sagesse de Mohammed Ali, du professionnalisme de Kobe Bryant ou de Zinédine Zidane, Mike Tyson a construit sa légende grâce à ses victoires et sa personnalité atypique.

Né en 1966 à Brooklyn, il a grandit avec sa mère dans le quartier difficile de Brownsville (Brooklyn). Confronté très jeune à la délinquance, Mike Tyson a été incarcéré dès l’âge de huit ans dans la maison de correction de Johnstown à la suite de plusieurs délits. À Johnstown, il fut remarqué par le gardien Bobby Stewart, ancien boxeur qui le présenta à Cus D’Amato, entraîneur réputé, pour qu’il le prenne sous son aile.

Grâce a l’enseignement de Cus D’Amato, Mike Tyson s’est rapidement fait un nom dans le monde de la boxe en remportant deux fois de suite le tournoi Olympique junior des États-Unis à seulement 15ans. Cinq ans plus tard, Tyson devient le plus jeune champion du monde des poids lourd en infligeant un K.O à son adversaire dès le deuxième round. Mike Tyson a raccroché les gants à 39ans après 50 victoires, dont 44 K.O, et 10 titres mondiaux. 

Derrière le champion, un homme instable

Si la carrière du boxeur fut remarquable, la vie de l’homme est bien plus sombre. Issu d’un quartier gangréné par la violence, le crime et la drogue, Mike Tyson a connu la violence dès son plus jeune âge. Une violence expliquée dans son autobiographie intitulée « La vérité et rien d’autre », où Tyson revient sur plusieurs moments marquant de son enfance comme le jour où sa mère a ébouillanté son compagnon suite à une dispute. Un environnement hostile qui a fait du boxeur un personnage instable.

En 1992, il est condamné pour viol et effectue 3 ans de détention. En 2009, sous morphine, il a rejoins sept prostituées dans une chambre d’hôtel. C’est selon lui « le moment où sa vie de minable a le plus touché le fond ». « Ce livre est dédié à tous les parias, tous ceux qui ont été un jour harcelés, marginalisés, muselés, rabaissés ou accusés à tort. À tous ceux qui sont incapable de recevoir l’amour d’autrui ». Ce sont les premiers mots de son autobiographie. Une introduction qui en dit long sur les névroses de l’ancien champion.

Ses démons le suivent

Aujourd’hui encore, celui que l’on surnomme « Iron Mike » lutte pour vaincre ses démons. Dans un entretien avec Sugar Ray Leonard, autre légende de la boxe, Mike Tyson est revenu sur son passé tourmenté. « Je connais tous les guerriers. De Charlemagne à Achille, le numéro un des guerriers, ensuite Alexandre le Grand et Napoleon. Je les connais tous, je connais l’art de la guerre, l’art du combat, car c’est la seule chose que j’ai jamais étudiée. C’est pourquoi j’étais tellement craint » a-t-il expliqué au bord des larmes. « C’est pour cela que je pleure. Parce que je ne serai plus jamais cette personne et elle me manque. Je ne veux pas que cette personne ressorte. Si c’était le cas, l’enfer resurgirait avec elle et ce n’est pas drôle du tout. J’ai l’air cool, je suis une personne forte mais je hais cette personne. J’ai peur d’elle ».

À lire aussi :

2 Rétroliens / Pings

  1. Les JO de Tokyo repoussés en 2021 - Vision media
  2. Mike Tyson renfile les gants ! | Vision media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*