Palmeiras, le calcio paulista

Roberto Carlos, Vavà, Rivaldo, Cafu… La Sociedade Esportiva Palmeiras a vu passer quelques uns des plus grands joueurs du football Auriverde. S’il est devenu au fil des années l’un des clubs les plus populaires au Brésil, c’est bien de l’Italie que Palmeiras tire ses racines. 

Dix championnats, trois Coupes du Brésil, une Coupe des champions et une Copa Libertadores, la SE (Sociedade Esportiva) Palmeiras est l’une des équipes brésiliennes les plus titrées. Fondé en 1914 à São Paulo, le Verdão (surnom en référence au vert, couleur du club) est le fruit de l’émigration italienne. Aujourd’hui encore, Palmeiras (palmiers) revendique fièrement son héritage, en témoigne sa nouvelle collection de maillot sortie en 2020. En collaboration avec l’équipementier Puma, qui habille également l’équipe nationale d’Italie, le Verdão s’est fortement inspiré de la Squaddra azzurra pour sa tunique domicile. Au dos de ce nouveau maillot, on retrouve d’ailleurs l’inscription « Avanti » (vers l’avant en Italien), devise du club, accompagnée du drapeau tricolore vert, blanc et rouge de l’Italie. 

Nouvelle collection 2020 du Verdão, en vert le maillot domicile.

Un clin d’oeil assumé par le président du club Mauricio Galiotte. « L’histoire de Palmeiras est très riche et, en partenariat avec PUMA, nous célébrons notre trajectoire dans les nouvelles tenues. Nous sommes nés entre les mains d’immigrants italiens, nous avons grandi, nous sommes devenus le plus grand champion du Brésil et nous sommes aujourd’hui Palmeiras de Todos, une famille de plus de 16 millions de membres répartis dans le monde », a-t-il expliqué.

Genèse du club, la Palestra Italia 

L’histoire commence entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. L’Italie est alors en pleine crise et de nombreux Italiens décident de quitter le pays pour fuir la pauvreté. Une émigration massive principalement dirigée vers les États-Unis mais aussi l’Argentine et… le Brésil. Ce dernier, qui vient d’abolir l’esclavage, manque de main d’oeuvre. Les Italiens investissent alors les grandes villes, particulièrement São Paulo, pour travailler dans les champs de café. Au fil des années, la communauté italienne de São Paulo se développe mais aucune structure ne lui est consacrée. En 1914, quatre jeunes immigrés de la ville occupent régulièrement le gymnase de leur quartier. Passionnés de football, ils décident d’y créer un club composé uniquement d’Italiens : la Palestra Italia. 

Un an après sa création, le 24 janvier 1915, la jeune Palestra (qui signifie gymnase en Italien) dispute son premier match officiel contre le Savoia, autre club essentiellement composé d’immigrés transalpins. La Palestra Italia soumet ensuite sa candidature pour disputer le championnat de l’état de São Paulo et l’intègre l’année suivante, en 1916. L’équipe ne cessera ensuite de progresser dans le championnat jusqu’à le remporter pour la première fois en 1920. Aujourd’hui, Palmeiras compte 23 titres de champion du Campeonato Paulista. Il s’agit du deuxième club le plus titrés dans l’histoire de la compétition derrière son rival : le SC Corinthians (30 titres). 

Rivalité avec le Corinthians  

Le Derby Paulista entre Palmeiras et le SC Corinthians est l’un des plus renommés du monde. La rivalité entre les deux clubs est née le 6 mai 1917 au stade Parque Antartica de São Paulo. Ce jour-là, le Verdão, nouvel invité du championnat pauliste, reçoit son voisin corinthien, déjà prétendant au titre. Plus expérimenté, le Corinthians est incontestablement favori. Mais contre toute attente, c’est Palmeiras (qui porte encore le nom de Palestra Italia), qui domine les débats. Les joueurs de la Palestra se permettent même d’humilier leurs adversaires en leur infligeant une défaite trois buts à zéro. Un affront pour le Corinthians qui marquera le début d’une rivalité historique, l’une des plus exacerbée du football brésilien. 

Finale du championnat pauliste en 1999 entre Palmeiras et le Corinthians.

Ciao Palestra, bom dia Palmeiras 

Le premier tournant dans l’histoire du club a lieu en 1942, nous sommes en plein coeur de la Seconde Guerre mondiale. L’Italie est alors sous régime fasciste et la Palestra Italia dérange le Brésil qui fait partie des Alliés. Le gouvernement brésilien oblige donc à Italo Adami, à l’époque président de la Palestra, de changer le nom du club. Ce dernier, très attaché à ses racines, ne souhaite pas renommer son équipe. La Palestra Italia est alors la cible de nombreuses critiques. Ses couleurs, en hommage au drapeau italien, sont vivement dénigrées, notamment par le São Paulo FC qui souhaite récupérer le stade de la Palestra. Italo Adami cède finalement à la pression et retire le rouge sur le maillot du Verdão. Ne reste alors que le vert et le blanc, c’est la mort de la Palestra Italia, la naissance de Palmeiras. 

Aujourd’hui, la Sociedade Esportiva Palmeiras est reconnue comme l’un des clubs les plus importants au Brésil sur tout le continent sud-américain. Son histoire et son palmarès l’ont hissé au sommet du football brésilien, si bien qu’en 1999, la Fédération Pauliste de Football et la presse sportive l’ont reconnu comme « le Champion du XXe siècle ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*